Review: the Science of Doctor Who

the Science of Doctor Who (c) BBC

the Science of Doctor Who (c) BBC
Brian Cox & Matt Smith (the Doctor)

A l’occasion d’un cours tout spécialement filmé au Royal Institute Faraday, le physicien britannique Brian Cox explore l’univers de Doctor Who. L’émission est l’occasion de mêler scènes de “cours” et de démonstrations à l’aide d’objets basiques avec des scènes scriptées dans lesquelles Brian Cox est le compagnon du Docteur le temps de l’émission. Le programme ambitionne de démontrer qu’une portion de science se dissimule derrière le côté spectaculaire de Doctor Who, et évoque les lois physiques qui pourraient permettre de voyager à travers l’espace et le temps.

Diffusé le 14 novembre à 21 heures sur BBC One, ce programme pas nécessairement destiné à un public “scientifique” ou de connaisseurs, l’émission a surtout attiré des curieux et des fans de la série, soit un total de plus de 2.6 millions de téléspectateurs (un très beau score, en somme).

Lorsqu’il s’agit de science, je suis généralement silencieuse et dans l’attente d’explications à la fois précises mais – et c’est là que ça devient difficile – faciles à comprendre des non-spécialistes. Dans pas mal de cas, lorsque les termes techniques s’enchaînent à l’infini sans éclaircissement, j’ai tendance à rapidement décrocher… The Science of Doctor Who – et je serais tentée de généraliser aux méthodes de Brian Cox pour ses émissions scientifiques – se démarque de manière positive, avec des expériences intéressantes et quelques moments de vulgarisation scientifique qui aident à y voir un peu plus clair lorsque – contrairement à lui – on ne connait rien à la physique des particules.

Rating: ★★★★☆
Avis: Donner une note à quelque chose traitant majoritairement de science est assez complexe, mais j’ai surtout évalué le côté instructif et divertissant de l’émission du point de vue de la profane que je suis. J’ai appris des choses – je ne garantis pas de pouvoir tout restituer, mais j’ai quand même retenu des choses ^^ – et l’émission était parfaitement digeste. Les scènes tournées dans le TARDIS ajoutaient un petit plus, et au final c’était une émission scientifique dans un contexte whovian, ce qui n’avait rien de déplaisant (même si on peut soupçonner que c’était un choix marketing intelligent destiné avant tout à vendre plus facilement l’émission aux fans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *