Review: Orange is the New Black

Orange is the New Black (c) 2013 Netflix

Orange is the New Black (c) Netflix

Orange is the New Black remet, cette été, au goût du jour les séries basées en prison ! Après Oz, Prison Break et Breakout Kings, c’est au tour de Netflix d’arborer l’orange carcéral dans cette toute nouvelle série originale. Des créateurs de Weeds, Orange is the New Black est basée sur le roman de Piper Kerman, inspiré d’une histoire vraie. Diffusée à partir du 11 juillet 2013, la série a fait la vedette au Comic Con de San Diego, cet été. Bien qu’elle ne soit pas la seule sur le devant de la scène (difficile de déterminer qui était la plus attendue, cette année), elle s’est en tout cas bien démarquée !

Taylor Schilling (Piper Chapman)

Piper Chapman, jeune fiancée à la vie bien rangée décide de se rendre et de purger sa peine pour avoir été complice d’un trafic de drogue, une dizaine d’années plus tôt. Crédule et lesbienne à ce moment-là, c’est aujourd’hui une femme différente qui avoue ses faits. Elle a beau étudier sur la vie en prison, ce qui l’attend va faire basculer sa vie et tout ce qu’elle penser être. Incarnée par Taylor Schilling (The Lucky One, Mercy), Chapman est une femme dont l’innocence va en ravir certaines et en amuser d’autres. Mais tout n’est ni noir, ni orange. Elle est l’héroïne de cette série des plus originales. Jusqu’à présent, aucune n’avait traité le sujet d’une prison pour femme. Qui plus est, avec légèreté. Pas de grands plans d’évasion, pas de coups et blessures à chaque couloir, juste une femme cherchant à conserver son intégrité. Qui plus est, une femme qui assume ses actes et qui se rend compte que se rendre n’est pas si anodin.

A ses côtés, Jason Biggs et Natasha Lyonne (American Pie), mais aussi Laura Prepon (That 70’s Show, How I Met Your Mother), c’est tout un casting exceptionnel qui viendra épauler notre détenue au sens de la mode. Des maigres, des grosses, des noires, des blanches, des bronzées, des dérangées, des aimables, des brutes, des vieilles, des moches, des laides, des canons, des… foutrement bizarres, tout y est, dans Orange is the new Black pour illustrer un panel hors de la mode. Une couleur unique pour toutes les actrices (il y a des acteurs, quand même) et des idées loin des stéréotypes. Il y a les matrones bien sûr mais ce n’est pas tout. Netflix propose une série extraordinaire et originale qui démodera le noir… au profit de l’orange.

Si Orange is the new Black entame tout juste sa première saison, sa popularité lui promet une seconde année.

Rating: ★★★★☆
Avis: Quand une série commence par un Jason Biggs au lit avec quelques… Petits soucis, comment ne pas être conquis ? Et quand Natasha Lyonne débarque en lesbienne qui sait ce qui est bon pour vous ? Vous en êtes presque à vous demander si vous ne vous êtes pas trompé de programme ! Intéressant et surtout original, le trailer de la série annonce du coeur à l’ouvrage. Définitivement une série à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *