Review: Once Upon a Time “Quite a common Fairy”

Once Upon a Time (c) ABC Studios

Once Upon a Time (c) ABC Studios
Lana Parilla (Regina Mills / Evil Queen) & Rose McIver (Tinkerbell)

Dans ce gloubi-boulga féérique qu’est Once Upon a Time, il y avait un personnage que j’attendais de voir à l’écran dès que le Capitaine Hook (Colin O’Donogue) est apparu à l’écran: Tinkerbell, la fée Clochette. Pure fantaisie de ma part ou passion pour ce personnage virevoltant au sale caractère, on ne pouvait pas imaginer voir surgir Hook sans le reste des personnages de Peter Pan, puisque ce dernier est également de la partie. Clochette se sera faite attendre, mais au final cet épisode nous en donne pour notre argent ! 

Dans le rôle de Tinkerbell, on retrouve Rose McIver (Legend of the Seeker, Lovely Bones…), blonde comme les blés, un regard pétillant de malice… et quelque chose de touchant se dégageant d’elle. Le premier contact avec Tinkerbell est bon, et même plutôt satisfaisant, correspondant en tous points à ce que l’on attendait pour l’arrivée de ce personnage dans l’histoire. Oui mais attendez… on nous parle d’un flashback, avec une Tinkerbell jeune et encore inexpérimentée, qui a encore ses preuves à faire auprès de Nova (Keegan Connor-Tracy) et donc encore beaucoup de choses à apprendre. On se laisse assez facilement happer par ce flashback, et on commence à avoir un petit peu peur lorsque Tinkerbell rencontre la jeune Regina (Lana Parilla) alors que cette dernière est plongée dans un désespoir mêlé de colère (ne cherchez pas, seule Regina est capable d’un tel mélange).

Once Upon a Time (c) ABC Studios

Jennifer Morrison (Emma Swan)

J’ai trouvé particulièrement intéressant de situer Tinkerbell dans le passé de Regina plutôt que la voir directement introduite comme la fée jalouse de ne pas avoir l’attention de Peter Pan en permanence. Je ne sais pas si cela figurera dans Once Upon a Time, mais vu les premières esquisses du personnages ça m’étonnerait fortement. Et ça casserait le travail d’invention accompli autour de ce personnage. En l’état, Tinkerbell est une très jolie adaptation à l’univers de la série.

On retrouve dans “Quite a common Fairy” ce travers plaisant des scénaristes, à savoir que l’on nous amène à découvrir l’un des autres évènements tragiques qui ont conduit Regina à devenir cette Evil Queen qui glace à l’unisson le sang des habitants de plusieurs royaumes. Tinkerbell était à l’origine là pour l’aider à retrouver le bonheur et le grand amour… ce qui aurait pu changer énormément de choses si elle avait réussi. Seulement, les choses étant ce qu’elles sont, on sait d’avance que tout se terminera très mal. Après le fiasco total faisant suite à l’intervention de Tinkerbell pour ader Regina, on nous ramène à Neverland, de nos jours. Regina trouve la fée et lui demande de l’aide pour retrouver son fils Henry (Jared Gilmore), ce qui met la fée plus vraiment verte (et plus vraiment fée) en colère. Colère qui l’amène à refuser en bloc d’apporter son aide à qui que ce soit. Le flashback se poursuit de nouveau et on comprend que l’égoïsme de Regina a couté ses ailes à la jeune Tinkerbell parce que plus personne – pas même sa sévère professeur Nova – ne croyait en elle… Du coup, il était assez logique qu’elle refuse d’aider qui que ce soit.

Dans cet épisode, on donne beaucoup plus de latitude à Lana Parilla pour exprimer les différentes nuances composant son personnage. Depuis le début de saison, on ne l’avait vue qu’en colère et prête à recourir à la magie pour à peu près tout et n’importe quoi. Là, on la voit sous un jour plus calme, inquiète pour son fils, et soucieuse de le retrouver au plus vite.  Du côté d’Henry, justement… il ne se passe rien de palpitant. Ca dure déjà depuis quelques épisodes, mais là c’est vraiment flagrant et ça aurait peut-être même tendance à être exaspérant de “perdre du temps” sur ces scènes alors qu’il y a tant à voir et à écouter dans d’autres ! Henry tente cependant de tuer Peter Pan (Robbie Kay), ce qui a amené un point intéressant parmi les multiples choses un peu ennuyeuses qui se passaient de ce côté de l’île, même si cette tentative s’est soldée par un échec.

Once Upon a Time (c) ABC Studios

Josh Dallas, toujours aussi convaincant, cache le fait que sa blessure au flanc lui fait mal. Et tout le monde y croit…

Grosse déception en revanche vis à vis d’un probable rebondissement posant Henry comme Sauveur à la place de Emma. Même si Peter Pan est un menteur et un manipulateur de génie dans Once Upon a Time, le fait que cette remise en cause intervienne à ce moment précis de l’histoire, et aprèsl’épisode “The Lost Girl” qu’Emma ait échoué à faire dévoiler l’emplacement du camp des Enfants Perdus sur la carte magique en acceptant enfin le fait d’être la Sauveuse… il y a quand même quelques indices laissant entendre que Pan ne dit peut-être pas que ce qui l’arrange sur ce coup là. Malgré tout, c’est suffisamment simple pour que l’on puisse en douter, surtout parce que les scénaristes de Lost nous ont habitués à des scénarios à chausse-trappes complètement tordus jusqu’ici.

Pour d’autres détails perturbants, j’ai longuement bloqué sur le fait que Robin (Sean Maguire) et Regina soient faits pour être ensemble… mais après tout, pourquoi pas ! Jai aussi énormément plissé les yeux pour apercevoir plus en détail un objet chez Rumplestiltskin (Robert Carlyle) qui ressemblait fortement à Mjölnir, le marteau de Thor. On avait déjà aperçu cet objet dans l’épisode “Lacey” (S02E19), mais peut-être que ma hâte de voir Thor: the Dark World m’a fortement influencée sur ce coup-là !

Rating: ★★★☆☆
Avis: L’introduction d’un nouveau personnage a amené plus de vie dans cet épisode en comparaison des précédents. Je ne me suis pas ennuyée, à l’exception des scènes entre Peter Pan / Henry qui cassaient vraiment le rythme de l’épisode. Malgré tout, je ferais tout de même le même reproche que pour l’épisode précédent: l’histoire n’avance pas d’un pouce et on se contente encore de faire du sur place à grands coups de flash-backs de 15 minutes. C’est plaisant parce que j’aime autant Tinkerbell que Regina… mais quand même. Après 4 épisodes, il est plus que temps de passer la vitesse supérieure et de faire avancer un peu l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *