Review: the Deep

the Deep (c) BBC

the Deep (c) BBC
James Nesbitt (Clem), Orla Brady (Catherine) et Goran Visnjic (Samson)

Ecrite par Simon Donald (the New Adventures of Robin Hood, Ultraviolet, Taggart), the Deep est une série de science-fiction sous-marine diffusée pour la première fois en 2010 sur la BBC. Composée de 5 parties de 57 minutes, la série propose de suivre les aventures d’une équipe de scientifiques descendue dans les abysses pour retrouver les membres d’un équipage composé de confrères disparus quelques mois plus tôt… 

Cette mini-série ne nous est parvenue que via une diffusion sur France 4 dans le courant du second semestre 2013, avec une diffusion de l’ensemble des épisodes le même soir. Un choix assez catastrophique si on me demande mon avis, parce que la fatigue aidant, j’ai loupé les 3/4 de la dernière partie qui débutait aux alentours d’1 heure du matin – donc très tard pour un soir de semaine (surtout quand on travaille le lendemain…). Un autre visionnage aura donc été nécessaire pour pleinement apprécier the Deep, un peu plombée par les choix de diffusion de la chaîne ayant acquis les droits de diffusion.

On vous laisse deviner qui sera le premier à mourir...

On vous laisse deviner qui sera le premier à mourir…

Tout commence avec la mystérieuse disparition d’un sous marin dans l’Elysian Vent Field, à environ 2.000 mètres sous la glace de l’Arctique. Six mois plus tard, l’équipage d’un autre sous-marin – l’Orpheus – s’aventure dans cette même zone pour découvrir ce qui a bien pu se passer, et également – tant qu’à faire – retrouver l’équipage du sous-marin disparu. L’équipage comprend bon nombre de scientifiques, dont Clem Donnelly (brillamment incarné par James Nesbitt – Jekyll, Monroe, The Hobbit) mari de l’une des disparus.

Avant même que l’Orpheus n’ait quitté le port, la tension était déjà plus que palpable et laissait présager le pire pour la suite, lorsque le navire serait sous l’eau et que l’environnement clos rendrait tout le monde encore plus à cran qu’en temps normal. Je pressentait déjà un petit massacre collectif dès le départ, comme c’est souvent le cas quand de forts caractères sont réunis un peu artificiellement dans une équipe… mais là, à part quelques piques, il n’y a aucun dérapage non justifié. Je n’en dis pas plus, mais certaines scènes sont assez fortes.

the Deep

Goran Visnjic (Samson) et Orla Brady (Catherine)

Du côté des personnages, grosse déception de ma part pour l’ensemble de l’équipe, que personne ne prend la peine de développer un tant soit peu. On sait juste que chacun est là pour une bonne raison et se comporte comme il le fait parce que c’est comme ça et puis c’est tout. Pas de développements, pas de nuances, pas de rebondissements… On n’obtient rien de plus sur un total de 5 heures de programme, et c’est dur. Alors on suit l’histoire sans s’attacher à un personnage, sans en trouver un plus sympathique ou plus drôle qu’un autre, et on se dit juste que tout se goupille bien parce que tout le monde agit toujours comme il faut pour faire avancer / retarder le développement de l’intrigue sans qu’aucune motivation ne soit exposée. Au mieux, le spectateur n’a qu’à deviner. Au pire, il ne comprend pas. Ou il devine un peu, mais ne comprend pas pour autant… Et c’est encore plus dommage parce que le casting comprenait quand même de bons acteurs dans le lot, donc il y avait possibilité de leur en demander beaucoup plus !

Malgré cette ombre au tableau, l’histoire m’a embarqué pour les grandes profondeurs et comme les protagonistes de cette mini-série, j’ai eu peur de mourir un nombre incalculable de fois et ressenti un désespoir profond devant l’accumulation de tuiles qui leur sont tombées dessus. Ce qui n’empêche pas que la série se soit révélée moins intrigante que ce qu’on nous avait laissé entrevoir dans le premier épisode: je m’attendais à un grand mystère, à du fantastique défiant l’entendement… et au final, le mystère n’était pas si grand que celui qu’on nous a vendu.

The Deep est servie par d’excellents effets spécieux et le fait d’avoir Jim O’Hanlon à la réalisation était une bonne chose. Le second point aurait pu être géré avec un peu plus de dynamisme, parce qu’il y a quand même eu beaucoup trop de longueurs en 5 heures de programme, au point que même si la série était originale, j’étais quand même content d’en voir la fin.

Rating: ★★½☆☆
Avis: Amateurs d’aventures sous-marines et de pétages de plombs collectifs, the Deep est pour vous ! Dommage que les personnages n’aient pas bénéficié d’une écriture très précise, parce que cette série avait un très bon potentiel… qui a très mal été exploité. Mais le résultat reste cependant divertissant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *