Recap: Doctor Who saison 7

Doctor Who (c) BBC

Doctor Who (c) BBC
Matt Smith (le Docteur) & Karen Gillan (Amy Pond)

Le père noël approche et, dans sa hotte, il apporte avec lui l’épisode spécial de Doctor Who : The Snowmen. Alors, en attendant le 25 décembre, petite rétrospective des premiers épisodes de la saison 7.

Globalement, on insiste pas mal sur le fait que le Doctor ne devrait pas voyager seul, que sans compagnon ses décisions ne sont pas toujours les meilleures. J’ai eu un peu de mal à retrouver ce cher « Doctor » dans certaine épisode où il apparaît bien plus sombre, comme dans l’épisode 2 où il semble être content de se débarrasser définitivement du « méchant » de l’histoire.

Amy le rappellera aussi à l’ordre dans l’épisode 3 et il apparaît bien catégorique sur la fin « Non, on ne peut pas faire ça parce que je le dis et c’est comme ça ! ». En même temps, si il n’avait pas été aussi catégorique, les Pond seraient encore là et les scénaristes bien ennuyés…

Et puis, il y a les Pond qu’on voyait régulièrement dans leur quotidien avec la web série sortie avant la saison 7. Dans ces 5 premiers épisodes ont les sent indécis sur leur envie de continuer avec le Doctor ou s’installer définitivement dans leur petite routine. Sans parler du Doctor qui les veut heureux et qui vient de moins en moins les ennuyer. C’est finalement tellement mis en avant qu’on est en droit de se demander si les Pond ne vont pas simplement raccrocher sans être bloqué dans une dimension parallèle. Mais ça parait trop simple alors, on cherche, on joue aux Experts Miami et on accroche sur des mots et des situations répétées pour avoir un indice sur ce départ :

«Egg », prononcé par un Dalek qui tente désespérément de dire « Exterminate » et qui se retrouve face un Rory qui cherche à lui donner un œuf (fallait quand même y penser à cette scène). Brian (le père de Rory) qui émet la théorie que les cubes envahisseurs peuvent contenir des œufs. Le vaisseau du Far West qui est un vaisseau-œuf, ou encore les œufs de dinosaures dans l’épisode 2.

Il y a aussi le mot « nouveau » qui revient pas mal de fois. C’est « nouveau » les Daleks ont besoin d’aide. C’est « nouveau » le Doctor a besoin d’un gang pour chasser le dinosaure. Ah moins que tout cela ne soit qu’une façon subtile de nous dire « Hey, vous avez vu, le générique à changé, nouvelles couleurs, nouveau logo, bref… Nouvelle saison. ». On nous fait plein de référence à Noel aussi, surtout à ce qu’a pu mettre le Doctor sur sa liste de cadeaux. Bon, et puis comme on cherche plein de petits détails là où y a pas, on va aussi mettre le problème de lumière rencontré dans différents épisodes : la lampe d’Amy après que Rory lui ai donné les papiers du divorce, la lampe qui fonctionne mal chez les cowboys (Ok… Ils ne sont pas censés avoir l’électricité alors on ne va pas leur en vouloir d’un dysfonctionnement) , Brian qui est venu changer l’ampoule des Pond, et la lumière du Tardis qui ne semble pas au meilleur de sa forme avant qu’Amy et Rory finissent leur vie ensemble.

Mais, on arrive au final et on comprend bien vite que tout ça n’a rien à voir avec le départ des Pond (peut-être pour l’épisode spécial Noël ? Un doctor savourant une omelette à la lumière d’une bougie en s’écriant « Ah, ça c’est nouveau ! » ?). Le dernier épisode nous offre des moments agréables et on a presque envie de croire que tout va bien se finir après le paradoxe créé par Rory et Amy… Mais non, il faudra vraiment attendre la fin pour que la fin des Pond prenne tout son sens. Saleté d’ange !

Ce début de saison n’est pas transcendant, à mon goût. On ne trouve pas réellement de fil rouge ce qui est bien dommage surtout après la question laissé à la fin de la saison 6 :  « Doctor Who ? ». Tout est principalement axé sur le départ des Pond. J’apprécie, néanmoins, la participation de Jenna-Louise Coleman (épisode 1) qui est un pari audacieux. Mais aussi l’idée du générique évolutif où les couleurs changent d’épisodes en épisodes pour tendre vers quelque chose de plus sombre, et le « Doctor Who » dont l’habillage change selon le thème de l’épisode (une préférence pour l’habillage Dalek de l’épisode 1). Une référence à Harry Potter m’aurait sûrement fait sourire dans l’épisode 2 qui réunit « Russard » et « Arthur Winsley ». Et, je reste fan de la danse des canards qui est, à mon avis, la torture par excellence !

Il reste plus qu’à attendre pour voir comment va être intégrée la nouvelle compagne du Doctor (que l’on voit en Dalek dans l’épisode 1) et la manière dont se déroulera cette collaboration. En première impression, elle m’aura quand même beaucoup plu dans l’épisode 1… Peut-être parce qu’après avoir mis Rory en sécurité, elle lui demande d’enlever son T-shirt pour passer le temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *